On a passé la matinée à tracer les repères découlant de nos calculs de fous, faisant des compas géants avec des ficelles, des poses à blanc, etc ... une sacré perte de temps mais indispensable.

Tout est prêt : on a choisi un carrelage en grès type ardoise.

Nous avons fait la pose par rectangle de 6 carreaux : avec la colle toute prête c'est quand même plus simple. Ne sachant pas trop la quantité qu'il fallait en mettre je suis vite arrivé à cours, donc j'ai envoyé Maud à Leroy Merlin en reprendre.

Arrivé au magasin, elle m'appelle pour me redemander la référence exacte et là l'horreur, je m'aperçois que la colle que j'ai pris est faite pour les murs et non pour le sol ! C'est le vendeur qui m'avait indiqué les pots, je n'ai pas fait attention.

Donc, obligé de tout décoller, de nettoyer le sol et les carreaux de la mauvaise colle : dire qu'il m'a fallu près de 3 heures pour poser 22 carreaux.

Heureusement Emilie est là pour nous encourager.

Admirez la souplesse !
Une fois Maud revenue, à deux on a reposé une vingtaine de carreaux en 1h30 et on est rentré à la maison : au départ on pensait faire les joint le dimanche, mais cela sera pose de carrelage encore...

Le lendemain, malgré les courbatures, on est allé beaucoup plus vite.

On s'est relayé dans les différentes tâches que sont l'encollage du sol, l'encollage du carreau, la pose et les réglages.

Encore cinq grands carreaux, un à couper un peu et ce sera presque bon.

Et voilà, nos calculs n'étaient pas trop mauvais, à 1cm près : il ne reste que les coupe à faire, c'est encore une autre histoire.

On a fait des tests à blanc pour le carrelage du cagibi et des toilettes.

Il va y avoir de sacrées coupes à faire, qui ne peuvent pas se faire avec une carrelette, comme le trou d'évacuation et l'encadrement des portes... aie !